Sélectionner une page

ANCIENS GRANDS SEMINARISTES DE RETOUR « CHEZ EUX »

18 ET 19 AVRIL 2016

A diverses époques, les murs de Notre-Dame du Chêne ont abrité un petit séminaire ; mais, entre 1961 et 1967, et pour cette unique période, ce furent des grands séminaristes qui y vécurent.

Les 18 et 19 avril, ce sont plusieurs de ces anciens grands séminaristes qui se sont offert le plaisir de joyeuses retrouvailles dans leur ancienne « maison », à l’initiative de l’un d’eux, le père Etienne Amiens. Aucun d’entre eux n’était revenu ici depuis 1967.

Le courrier reçu de Jean-Pierre Joly, l’un d’entre eux, montre à quel point ce séjour les a comblés. Il a joint à sa lettre quelques photos que nous publions ici. A la fin de cet article, d’autres photos, prises par nous-mêmes au cours de ces deux journées.

-Organiste19

« – Avant l’office je suis allé voir Jacques Simon et les orgues rénovées que, dans une « autre vie »,  j’avais commencé à effleurer.

– T’entraînes-tu régulièrement Jacques, pour maîtriser pareillement cet instrument ? Tu en as joué récemment ?

– Je joue 1h 30 chaque jour. (dont acte si je veux m’y remettre).

-Pretres

– On m’avait promis pour l’office une liturgie ouverte ; je ne me suis pas ennuyé, d’autant que l’homélie du Père Raimbault fut brève, mais je m’interroge encore : était-ce de l’humour à prendre au premier degré, ou la version moderne de la parabole de l’ouvrier de la onzième heure ?

J’ai aimé aussi la belle voix de ténor du Père Etienne, ce fut un beau moment. Puis j’ai cru un instant que Jacques avait actionné le bouton « imitation flute », je me tournai alors vers l’orgue et vis Jean-Yves B. dans ses œuvres qui, tel un ange ailé, tournoyait autour de l’organiste. Sans oublier Mme Marçais que j’aimerais voir réanimer la paroisse de ma petite ville de banlieue…

les peres

 – Mais l’homme vit aussi de pain et de vin, et pendant le repas nous convînmes, avec Etienne, qu’il serait bon de se retrouver avec ceux qui le souhaiteront (au plus tard d’ici trois ans) pour d’aussi copieuses agapes et autres nourritures spirituelles J’avais durant ce repas, à côté de moi, quelqu’un qui est arrivé le matin même en toute discrétion, et je lui disais combien son passage éclair à La Chapelle-Du-Chêne, il y a 50 ans, m’avait marqué. Tout récemment je suis de ce fait allé le voir avec Jean-Marie, dont il est voisin à Tours. Je souhaite que malgré sa modestie, Daniel Baudry ajoute son parcours de vie à ceux que nous avions chacun évoqués la veille. Son passage chez lui m’a fort impressionné, voir perturbé…

– Merci, Père Versele et Marie-Hélène Coignard, pour votre accueil, qui était à la hauteur de l’évènement. Nous nous sommes, l’espace de 24h, ré-approprié les lieux.

– Oui bien sûr, il nous a manqué la jovialité de Yannick, puisse-t-il parfois avoir ressenti notre présence. Armand, tu transmettras notre solidarité et nos pensées à sa cousine. Nous savons aussi que chaque semaine tu lui rends visite.

Avec Armand et Hubert nous finaliserons par écrit ces rencontres et nous vous solliciterons peut-être à nouveau pour compléter votre « biographie » ; çà n’a pas toujours été simple de prendre note à la volée. Nous avons promis au Père Versele de laisser des traces de notre passage.

Bien fraternellement. JPierre Joly

ps – Daniel Jousse est venu nous voir de Moselle, merci de t’être déplacé tout spécialement de si loin. »

anciens seminaristes (7)