LE SAINT SÉPULCRE DE NOTRE-DAME DU CHÊNE

Le lieu de la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ

 

Vers l’an 33, Jésus de Nazareth est condamné à mort, crucifié sur la colline du Golgotha et  déposé dans un sépulcre qui avait été taillé dans le roc et fermé par une pierre. Après trois jours, il ressuscite d’entre les morts. A partir de ce moment, le Sépulcre de la Résurrection devint le lieu central de la foi de toute la chrétienté.

Des copies du Saint-Sépulcre

 

Dès le Moyen-Âge, afin de se rapprocher davantage du Christ, de sa Passion et de sa Résurrection, les fidèles chrétiens de ces régions qui deviendront la France se sont mis à édifier des répliques du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Ce fut notamment le cas au XIème siècle à Lanleff, à Neuvy-Saint-Sépulcre (1045), à Toulouse (1090). Vinrent ensuite ceux de Quimperlé ((XIIème siècle), de Saint-Léonard (1120), de Villeneuve d’Aveyron, au XIIème siècle.

 

A Notre-Dame du Chêne

Toutes ces copies sont plus ou moins proches de l’original de Jérusalem. L’une des plus fidèles du point de vue architectural est sans conteste celui du sanctuaire de Notre-Dame du Chêne. Il est par ailleurs le seul à être enchâssé dans un parc paysagé de buis reproduisant exactement le plan de la Basilique du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Son histoire

En 1858, au moment de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, ce sont 60 000 pèlerins qui visitent Notre-Dame du Chêne chaque année.

Mgr Nanquette, évêque du Mans, estime urgent « d’éclairer la foi de ces fidèles et d’empêcher que leur piété ne dégénère en superstition. » Il       va donc faire construire auprès de la chapelle de Notre-Dame du Chêne une maison pour les missionnaires diocèsains qui pourraient ainsi, à     la belle saison, animer autant que surveiller le déroulement des pèlerinages.

Il suggère que « les offrandes des fidèles permettent de remplacer la chapelle actuelle par une église dont le style et la proportion     attestent la  piété des pélerins … »Dans la foulée, il acquiert le « champ Gazeau qui servira, en 1896, à l’édification du Saint-Sépulcre.

Le projet initial était d’ériger une Croix du Christ aux abords de la nouvelle basilique, édifiée dans les années 1870. Le Comité des Pèlerins de Sarthe, Mayenne et Maine et Loire souhaitait commémorer de cette façon la venue du pape Urbain II au Mans et à Sablé en 1096, soit huit cents ans auparavant.

Ayant acquis un chêne dans les bois de Parcé, ils construisirent donc une Croix de grande taille, qui fut ensuite transportée jusqu’à Jérusalem par bateau. Arrivée sur les Lieux Saints, elle fut portée « à dos d’hommes » par quatorze pèlerins des trois départements tout au long du chemin du Calvaire, là même où Jésus avait porté sa propre Croix. Ensuite, la Croix et les pèlerins prirent le chemin du retour vers la France, et la Croix fut implantée à Notre-Dame du Chêne le 8 octobre 1896.

Mais la ferveur de nos pèlerins n’était pas encore pleinement satisfaite, et ils décidèrent qu’il fallait maintenant construire une réplique du Saint Sépulcre à l’identique de l’original, dans un parc paysagé reproduisant exactement le plan de la grande Basilique du Saint Sépulcre de Jérusalem. C’est ainsi que, dès 1896, fut érigé le Saint-Sépulcre de Notre-Dame du Chêne, tel que nous le voyons de nos jours.

Livret explicatif du Saint Sépulcre